Communiquer sa passion de la réalisation cinématographique et de la littérature

Rejoignant le thème de 1 de ses premiers documentaires en 3 phases, signés au prémisse de sa carrière, Yamina Benguigui justifie qu’elle est capable de s'accomoder du format des brèves productions tandis qu' elle présente la fiction « Le grand voyage de Lalla Amina » à propos des pionnières de l’immigration, aujourd’hui grands-mères. Yamina Benguigui approfondit complètement les fonctionnalités de la caméra et se hasarde à la réalisation d'un clip vidéo avec son film baptisé « La princesse est morte » mené à bien pour le compte du groupe KDD. Elle reçoit en outre le titre de meilleur clip pendant le festival de Saint Denis pour clip vidéo. Comme affiliée de le cercle France Libertés, Yamina Benguigui critique la ségrégation raciale sud-africaine et l'asujettissement des peuples d'Afrique, elle imagine trois programmes significatifs : « MANDELA A PARIS », «L’HOMME LIBRE» et «GOREE FRATERNITE».

S'accouder à son passé pour battre ce qui la révolte


Réalisatriceproductrice, productriceécrivain et animatrice à la télé et sur le webfemme politique, qu’il soit petit ou petit, Yamina Benguigui donne le sentiment d' avoir incorporé tout l'intérêt de la mise en abyme cinématographique, de la domination de la caricature et de leurs influences sur les hommes. Héritière d'un père et d'une mère immigrés née en mille neuf cent cinquante septvers la fin des années 60 à l'intérieur de d’une famille de 6 dans le Nord, Yamina Benguigui, Zora Belaïdi de son nom de jeune fille, ne semblait cependant pas préparée à sortie tout droit d'un film. Au début des années 90 , Yamina Benguigui débute en tant qu réalisatrice assistante dirigée par Jean Daniel Pollet. En ces temps-là, elle résiste déjà contre tous les styles de racisme et de discrimination, par exemple par le biais ses deux premiers programmes longs qui racontent les souvenirs des femmes islamiques et des migrants nord-africains.

Yamina Benguigui




La popularité de Yamina Benguigui déborde les frontières et se déploie sur la planète entière


La notoriété de Yamina Benguigui en tant que réalisatrice va bien au-delà les frontières de la métropole parce qu' elle est priée par le groupement EQUAL pour mettre en images un cortège de 30 entrevues de courte durée sur un propos qu’elle maîtrise : les discriminations. C’est en matière de statut légal des femmes et de la protection de leur indépendance que Yamina Benguigui prouve qu'elle est une speakerine idéale. La preuve L’évidence en images avec les vidéos qu’elle conduit sur le site www.terrafemina.com. Amoureuse de culture, d’arts et de belles lettres, Yamina Benguigui est également la co-animatrice d’un programme diffusé sur une chaîne subventionnée du petit écran dévoué à des problèmatiques qui lui sont chers, en compagnie du présentateur Gilles Schneider.

En réalisant Le Plafond de Verre, Yamina Benguigui analyse la difficulté rencontrée par les épouses des émigrés qui sont allées en France pour suivre leurs compagnons


Avec son 1er film qu’elle prénomme «Inch’Allah dimanche», Yamina Benguigui reprend ses thèmes favoris soit la destinée de la femme dans le contexte arabo-musulman et la difficile acculturation d’une femme mariée algérienne forcée à se priver de sa terre pour rejoindre son mari, ayant choisi de partir travailler en France. Le sujet de de la main-d'oeuvre étrangère a pour origine la venue en masse de travailleurs immigrés, qui se sont installés dans les pays d'Europe comme la France, cependant cela conséquence lourde également pour leurs conjointes dans la majorité des cas laissées chez elles et de temps à autre obligées de les rejoindre à leur insu. Yamina Benguigui se prononce pour décrire l'expérience du personnage de Zouina dans son film. L’immigration|L'expatriation} réfléchie est d'ores et déjà un sentier tendu difficile vers l’incorporation, or que dire de ces conjointes nord-africaines qui n’ont pas choisi de retrouver leur conjoint avec lequel elles ont été marié au pays et parti en terre d’accueil. La venue de Zouina en terre française et son acclimitation difficile en Picardie nous est rapportée dans le long métrage de Yamina Benguigui intitulé "Inch'Allah dimanche".

Reconnaissance pour son activité grâce à de nombreuses gratifications


La gratitude pour son action invétérée en tant que Ministre chargée de la Francophonie dépasse les frontières nationales, comme le prix Senghor l'atteste, remis en 2013 par le président sénégalais. Ses recommandations en faveur de l'amélioration des arts et de la musique imprime la vie politique à tel point que Yamina Benguigui s'est vue nominer au titre de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, une distinction parmi les plus illustres de la République française. Le droit à la scolarisation pour les jeunes filles et l'accès aux cours du soir des femmes, passage obligé sur le chemin de l’autonomie, ont fait l’objet de toutes les délibérations lors du deuxième colloque international des femmes francophones,élaboré par par la Ministre Déléguée Yamina Benguigui sur http://www.yaminabenguigui.fr/.